images3

Les consignes, on sait toutes et tous ce que c'est.

On l'a entendu et ré-entendu à l'école "attention aux consignes - lisez bien les consignes - t'as pas écouté les consignes..."

Plus tard ce sont d'autres consignes, des consignes de sécurité sur le lieu de travail ou dans des lieux précis.

Et depuis dimanche soir, à nouveau des consignes !

Jusqu'à dimanche, jour du 1er tour des élections présidentielles, ils étaient 11 candidats.

Chacun y allait de son programme, de ses idées plus ou moins intéressantes, innovantes ou utopiques.... tout le monde y trouvait son compte et chacun pouvait voter selon sa conviction, ou parfois pour des motifs plus futiles : il est jeune, c'est un bon orateur, il promet ceci ou cela, il est beau, il a des idées nouvelles, ses meetings font le buz...

Mais depuis dimanche soir, il ne sont plus que deux.

Deux candidats diamétralement opposés.

Un homme et une femme. La parité, sans le faire exprès.

index

Il est jeune, peu rompu à l'exercice. Je ne dirai pas qu'elle est plus âgée car on ne doit pas évoquer l'âge des dames, mais elle est déjà allée à la pêche aux suffrages, et à tous les niveaux.

Il est pour une Europe forte, ouvert à la mondialisation, partisan du libre échange. On le dit le candidat de la finance.

Elle, c'est la France et les Français d'abord ; elle parle sans le nommer de protectionnisme, sans complexe de frontières, est prête à renégocier notre appartenance à l'Europe et pourquoi pas, à abandonner l'Euro.

Le choix s'est considérablement restreint, mais c'est le choix des Français.

Des Français qui montrent qu'ils veulent du changement, qu'ils en ont assez de devoir choisir entre la gauche et la droite, ou entre la droite et la gauche. Des Français qui pensent que c'est bonnet blanc et blanc bonnet et n'hésident pas à déclarer les candidats "tous pourris"

On a usé et abusé de l'alternance. On a même tenté la cohabitation. Mais rien ne semble convenir, alors.... faut pas s'étonner de l'alternative qui s'offre à nous aujourd'hui.

Il va falloir choisir, en son âme et conscience.

Mais est-on capable de choisir ?  On se le demande....

images6

Car depuis dimanche soir, à peine les premiers résultats annoncés, chacun y allait de ses consignes.

On a vu et entendu dès la première heure tous les ténors des partis politiques se succéder.

On a vu et entendu ceux dont on ne veut plus, qui n'ont même pas passé le cap des primaires, tant d'un côté que de l'autre

On a revu et re-entendu les vieilles barbes que l'on voit rôder dans les couloirs ministériels ou de l'Assemblée depuis au moins un quart de siècle.

Et les candidats déchus (et sûrement décus),  mais aussi de vagues députés dont personne n'a jamais entendu parler en dehors de leur circonscription et qui ont eu ainsi leur minute de gloire "T'as vu maman, j'suis passé à la télé ...."

Chacun y va de ses conseils, de ses consignes.

Les plus courageux - ou ceux qui espèrent peut-être en tirer profit-  citent le nom du candidat pour lequel il faut voter, oubliant d'un seul coup d'un seul, tout le mal qu'ils pensaient ou disaient de lui il y a quelques jours encore.

D'autres, plus hypocrites, ne citent pas de nom mais disent haut et fort qu'il faut voter contre l'autre, donner sa voix au seul capable de faire barrage à,...

Et puis il y a ceux qui pratiquent la politique du ni oui ni non....

Mais c'est quoi cette conception de la démocratie ?

images6

Qui sont ces bien pensants qui se croient autorisés à nous donner des consignes, à nous dire pour qui voter ?

çà veut dire quoi ? qu'on a le droit de vote mais qu'on ne sait pas faire, qu'on ne nous fait pas confiance, qu'on est incapable de comprendre un programme, d'avoir ses propres idées ?

Ils s'imaginent sans doute être les seuls détenteurs de la vérité, les seuls à savoir ce qui est bon pour nous (ou pour eux ?)

Mais enfin !

Faites ce que voulez, votez pour qui vous voulez mais laissez les Français s'exprimer.

On n'a que faire de vos consignes ! !

La possibilité de choisir, c'est çà le droit de vote. Et le droit de vote, c'est l'expression de la démocratie.

Alors Messieurs (et mesdames) les donneurs de leçon, faites votre job et fichez nous la paix.

536286_310809142322222_100001794150904_751076_1902776997_n