index

Le 16 octobre,c'est la date d'aujourd'hui.

Mais ce n'est pas de ce 16 octobre là que je veux vous parler, mais du 16 octobre 1984.

Ce jour-là, dans un petit village des Vosges, un enfant de 4 ans est retrouvé mort, les pieds liés, noyé  dans la Vologne : c'est le début de "l'affaire Grégory"

Une affaire jamais élucidée, qui défraie la chronique depuis plus de 30 ans.

Comme tout le monde, j'ai suivi cette affaire par médias interposés.

Comment faire autrement ?

Et puis il y a quelques semaines, alors que rebondissait l'affaire avec la mise en examen de membres de la famille supposés être "les corbeaux", j'ai trouvé par hasard ce bouquin (pas récent) dans une boite à livres

DSC01626

"le 16 octobre", c'est ainsi que parlent les époux Villemin de cette horrible journée, incapables d'évoquer le drame, la mort de leur petit, incapables de dire autrement que "le 16 octobre"

Dans un premier temps, malgré l'avis de M. quaquie qui l'avait immédiatement lu, je n'ai pas eu envie de le lire.

J'avais déjà lu et entendu tant de choses. Je dois aussi avouer que comme beaucoup, j'avais des idées, des à priori... alors le livre des parents...

Et puis je me suis décidée à l'ouvrir et non pas à le lire mais à le dévorer.

Ce livre nous fait vivre l'affaire de l'intérieur, par la voix du père et de la mère de l'enfant.

Chaque moment, chaque rebondissemnt est raconté par l'un et par l'autre, souvent à travers leurs lettres car après la mort de Bernard Laroche, assassiné par Jean-Marie, le couple a vécu séparé par la prison.

Et ce qu'on y découvre fait froid dans le dos : on y découvre la haine,  la jalousie d'une famille, les lettres anonymes qui pourrissent la vie, les menaces....

On découvre le mensonge, les rumeurs.

On y découvre la légèreté et l'incompétence de celui qu'on a appelé "le petit juge", un jeune juge plus intéressé par sa présence dans les médias que par la recherche de la vérité. Un petit juge qui n'a d'ailleurs pas eu le courage d'affronter les récents rebondissements de l'affaire et a préféré mourir que de faire face à certaines de ses insuffisances

On découvre surtout le rôle prépondérant de la presse, d'une certaine presse qui fait ses"choux gras" de l'affaire.

On découvre la traque que vit au quotidien la mère de l'enfant, les conséquences sur sa vie, sur sa santé. On découvre comment chacun de ses faits et gestes est analysé, utilisé, comment on fabrique tout et n'importe quoi à partir de photos le plus souvent volées et de légendes tronquées.  Comment certains soi-disant journalistes n'hésitent pas à mettre en scène la détresse et le chagrin, allant jusqu'à installer des jouets sur la tombe de l'enfant le jour de Noël, ou à voler la photo de la tombe pour illustrer un article.

Depuis, certains ont été sanctionnés, d'autres ont dénoncé cet emballement médiatique, d'autres encore ont continué à sévir, à faire du sensationnel...

C'est scandaleux, immonde, à vomir.

Comment continuer à vivre après çà ? après avoir perdu un enfant, avoir été emprisonné, jugé, soupçonnée d'infanticide sans  avoir  trouvé au sein même de sa propre famille le réconfort et le soutien que l'on pourrait en attendre.

Pour les époux Villemin, une seule possibilité de survie : tout quitter, la famille, la région et refaire une vie ailleurs. Au lieu de le détruire, les épreuves ont renforcé leur amour et permis de reconstruire une vie de famille, avec la naissance d'autres enfants qui ne pourront néamoins jamais leur faire oublier le petit Grégory, mort à 4 ans pour des raisons toujours pas claires mais qui ne valent certainement pas la vie d'un enfant.

J'ai été bouleversée par ce témoignage à deux voix. Pour moi l'affaire Villemin n'est plus la même que celle dont j'ai entendu parler il y a plus de 30 ans.

Ce livre  fait réfléchir sur le rôle des différents protagonistes d'une affaire, sur le rôle du juge, le respect du secret de l'instruction et de la présomption d'innocence mais surtout sur le rôle des médias qui ont tout intérêt à continuer à "faire la une", qui font et défont, perturbent les consciences et manipulent ceux qui leur font confiance.

J'ai l'impression d'avoir aussi été manipulée, influencée..... et j'ai un peu honte face à ce couple dont la vie a basculé dans l'horreur "le 16 octobre"

images