images

Avec cette chaleur, qui dure et m'épuise -comme vous sans doute- je ne profite guère de toutes les animations estivales et passe beaucoup de temps à l'intérieur.

Heureusement, il y a la broderie quand j'en ai le courage, et la lecture.

Depuis quelques semaines, je ne lis pas, je dévore des bouquins.

J'ai terminé hier soir ce roman de Catherine Hermary-Vieille.

Je ne connaissais pas cet auteure mais grâce à elle je connais un peu mieux "la bourbonnaise",  même s'il ne s'agit pas d'un document historique mais d'un roman sur fond historique.

DSC00825

La Bourbonnaise, c'est la comtesse du Barry, née Jeanne Bécu.

La petite Jeanne est née des amours de sa mère, Anne Bécu, avec Frère Ange, un moine du monastère dans lequel elle était raccomodeuse.

Frère Ange ne pouvait bien sûr reconnaître sa fille mais il a souhaité pour elle une bonne éducation et la petite Jeanne a été élevée dans un couvent.

Alors que ses copines de couvent rêvaient d'un gentil mari, d'enfants, Jeanne voulait autre chose : un homme élégant, riche, qui l'emmènerait dans la belle société. La Pompadour, favorite du roi se meurt et déjà Jeanne rêve.......

D'abord coiffeuse, puis vendeuse dans une boutique de luxe, Jeanne finira par rencontrer le comte du Barry qui lui fera cotoyer des gens influents.

Poussée par Richelieu, déjà un vieux monsieur à qui elle offrira sa virginité, elle sera présentée à Louis XV et, à 23 ans, deviendra sa maitresse officielle.

A la mort du roi, sept ans plus tard,  elle sera chassée de Versailles par les filles du roi et par la dauphine, la future reine Marie-Antoinette.

Jeanne se retirera dans son château de Louveciennes, où elle continuera à mener un grand train de vie  et tombera amoureuse du duc de Brissac.

Mais depuis quelques années, les récoltes sont mauvaises, la colère gronde, le peuple accuse la Cour de dépenser sans compter et de le maintenir dans la misère.

C'est la Révolution ! on traque les nobles, pillent leurs châteaux, et les conduit à la guillotine après des procès expéditifs dont l'issue est connue d'avance.

Louis XVI est guilltoiné, puis c'est le tour de Marie-Antoinette.

Petit à petit, les amis de La Du Barry disparaissent ; la princesse de Lambasle sera suppliciée et la tête du duc de Brissac plantée sur une pique sera jetée aux pieds de Jeanne.

Jeanne n'échappera pas au massacre : volée, insultée, baffouée lors d'un procès mensonger, "la dernière grande putain du roi" finira elle aussi sur l'échaffaud

images

J'ai beaucoup aimé ce roman. Très vivant, avec un remarquable souci du détail, il nous fait plonger dans la vie de la cour de l'époque. Avec Jeanne on déambule à Versailles, on y côtoie le luxe mais aussi les intrigues, les fausses amitiés. On "voit" ses magnifiques toilettes, ses bijoux, sa coiffure. Avec elle on se promène dans les allées de son jardin de Louveciennes, allant jusqu'à sentir le parfum des roses qu'elle aimait tant.. On vit ses amours, ses chagrins, et on angoisse quand on sent que son destin va basculer.

images