Au fil des jours...

jeudi 29 septembre 2016

Des indiennes au tissu provençal

index

"Des Indes à la Provence, les origines du tissu provençal", c'est le titre de la très intéressante conférence donnée samedi matin à Calvisson par Aziza Gril-Mariotte, Maître de conférence en histoire de l'art à l'université de Haute-Alsace.

DSCF0282

 Pendant environ une heure et demi, la conférencière à su captiver  son auditoire avec l'histoire de ces "indiennes", ces toiles peintes arrivant des pays du levant par bateau et débarquant dans les ports du sud, en particulier à Marseille.

Avec elle, on a connu l'engouement des provençales pour ces toiles légères et colorées, un engouement qui a inquiété les soyeux de Lyon et surtout les drapiers au point qu'en 1686 l'importation et l'utilisation de ces toiles était interdites.

Mais le goût de ces étoffes était si ancré et depuis si longtemps dans toutes les couches sociales que la prohibition a eu aussi et peut-être surtout pour effet de favoriser la contrebande, et de rendre ces étoffes encore plus recherchées.

La question des toiles peintes fait longtemps débat entre les protectionnistes, favorables à la prohibition car il craignent l'arrivée de l'industrie qui se développe dans les pays voisins et les partisans des toiles peintes.

Ce sont les partisans des indiennes qui l'emporteront grâce à l'appui de la Pompadour qui obtiendra du roi, en 1759,  la liberté d'imprimer sur toile.

De nombreux petits ateliers voient alors le jour en France, puis des manufactures.

Parmi les plus importantes, celle créé par Oberkampt à Jouy en Josas, une manufacture que l'on connaît surtout aujourd'hui pour ce que l'on appelle familièrement la "toile de Jouy", représentant des scènes champêtres monochrome très en vogue il y a quelques années en ameublement.

index

Mais à l'origine la manufacture imprimait  à la planche de bois des étoffes polychromes somptueuses.

Petit à petit, les ateliers et les manufactures ont disparu.

Il reste aujourd'hui en France essentiellement deux entreprises : Souleiado qui maintient la tradition du tissu provençal mais en le modernisant pour l'adapter au marché (surtout américain)

et  "les Olivades" qui continue d'imprimer du tissu provençal en maintenant la tradition des motifs et des méthodes de travail.

On a eu la chance d'avoir dans la salle, M. Boudin, le patron des Olivades, venu avec sa famille et notamment son fils qui reprendra l'entreprise

DSCF0286

DSCF0287

de gauche à droite : M.Boudin, Mma Aziza Gril-Mariotte et Francine Nicolle, Maître d'art fondatrice de la maison du boutis.

J'ai retrouvé avec plaisir M. Boudin et son entreprise sur cette vidéo

Il y avait aussi dans la salle un homme dont le père avait été le dernier imprimeur au tampon de bois d'un atelier d'impression.

J'ai pris un immense plaisir à cette passionnante conférence.

Plaisir que je pourrai retrouver avec le livre que M. Quaquie m'a offert et que "Aziza" m'a gentiment dédicacé

DSCF0288

DSCF0372

Avec cette conférence se termine ce week-end où vous avez bien voulu me suivre.

Et c'est sur cette belle étoffe imprimée au tampon de bois achetée sur place que je referme le livre de souvenirs de ce séjour à Calvisson.

DSCF0370

Mais on ne va pas rentrer tout de suite, j'ai quelques photos à vous montrer demain....

images

 

Enregistrer

Posté par quaquie à 08:08 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

mercredi 28 septembre 2016

100 ans de mode au pays de Mistral

images

"100 ans de mode au pays de Mistral" c'est le nom du défilé-spectacle présenté samedi après-midi à Calvisson.

Dès le début de l'après-midi les Arlésiennes sont arrivées au salon

DSCF0289

DSCF0299

Dans le costume, tout est codé, codifié : 3 plis en haut du châle, l'emplacement de l'épingle, la coiffure...

alors avant de monter sur scène on aide la copine qui n'a pas bien fait "le huit" pour tenir la coiffe

DSCF0295

Les Arlésiennes vont et viennent parmi nous, dedans, dehors.... comme un enfant dans un magasin de jouets, j'en prends plein les yeux.

Beaucoup portent des costumes de famille, ayant appartenu à leur mère, grand-mère et même arrière-grand-mère pour l'une d'elle.

Alors commence le spectacle : sur scène les narratrices expliquent le costume et son évolution à travers les âges.

DSCF0306

Au tout début du XIXème siècle, sur des jupons fleuris, les femmes portent  "le droulet", un châle ou une palatine et un tablier,

Elles portent aussi des mitaines car les manches sont assez courtes, au niveau du coude.

Pour les hommes des culottes protégées par des "jambières" des vestes longues et un tricorne en guise de chapeau

DSCF0307

DSCF0308

DSCF0309

J'ai particulièrement admiré ce costume, entièrement réalisé par celle qui le porte

le jupon  jardinier

DSCF0290

le droulet, emprunté à la garde-robe masculine mais féminisé, c'est un petit gilet court devant et à 4 pans plus ou moins longs derrière

DSCF0292

la palatine brodée, portée sur une chemise de boutis

DSCF0345

et au dos

DSCF0291

Elle portait également un tablier très finement brodé.

Sous la Restauration, les robes sont plus fluides, à taille haute et les coiffes plus importantes.

Les hommes ne portent plus la culotte mais des pantalons et des vestes courtes

DSCF0310

Période 1830-1850 :

les femmes portent des corsages à manches longues en soie moirée, des tabliers très étroits qu'elles mettent tous les jours, sauf pour les cérémonies et elles enroulent des rubans en spirale autour de la tête.

Côté bijoux elles portent toutes la croix.

DSCF0312

DSCF0348

pour les hommes, des redingotes, des chapeaux haut de forme.... et la canne !

DSCF0313

Sous Napoléon 3, dans les années 1850-1870, les jupes deviennent de plus en plus larges avec des crinolines.

C'est une libération pour les jambes qui ne sont plus coincées dans des jupons mais pour éviter le soulèvement intempestif des jupes, on voit arriver les culottes, qu'on appelle alors des pantalons et qui semblent être les ancêtres des panties que l'on a porté dans les années 1960

DSCF0314

DSCF0300

DSCF0301

Les femmes portent beaucoup de bijoux : des colliers, des croix, des boucles d'oreille, des bijoux en corail et des bijoux noirs

Les hommes sont très élégants : redingote ou jaquette noire, petit gilet sur chemise blanche et chapeau melon.

Dans les années 1880 on abandonne la crinoline pour des robes à tournure, avec des coussinets de crin pour accentuer les fesses.

DSCF0319

Le costume cessera d'évoluer au début du 20ème siècle.

C'est le costume dit contemporain que portent aujourd'hui  les arlésiennes lors de manifestations, inaugurations et autres fêtes locales

DSCF0347

Pour clore ce défilé particulièrement agréable et intéressant,  le point sur les accessoires indispensables des Arlésiennes :

les châles, brodés, colorés, en soie, en cachemire...

pour bLOG10

ou celui-ci, particulièrement beau, en dentelle de Chantilly

DSCF0329

les ombrelles pour protéger le teint

DSCF0336

les éventails

DSCF0340

Il y avait aussi les capes, les porte-monnaies, les pochettes et les chaussures, trop mignonnes....

le "velet" (le voile) que les Arlésiennes portaient pour les cérémonies religieuses.

aujourd'hui rares, "emportés par la mort" puisque les Arlésiennes étaient enterrées avec leur velet

DSCF0325

et enfin, le célèbre ruban d'Arlésienne.

En velours sabré, il devient lui aussi une pièce rare, et onéreuse. Dans les années 1800, il s'en vendait des milliers, entre 4 et 7 francs.

Mais il ne reste plus en France aujourd'hui qu'une ou deux personnes sachant sabrer le velours.

Pour en savoir davantage sur cette tradition et cet art, c'est ICI

DSCF0294

J'ai vraiment passé un extraordinazire moment avec ce défilé et les nombreuses explications fournies et les applaudissements prouvaient que je n'étais pas la seule à avoir apprécié

DSCF0343

Encore quelques photos en vrac, juste pour prolonger le plaisir de ce très agréable moment

DSCF0298

DSCF0317

DSCF0303

DSCF0350

DSCF0304

A bientôt

images

 

Enregistrer

Enregistrer

Posté par quaquie à 15:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
mardi 27 septembre 2016

Chapans et courtepointes

images

Aujourd'hui on va s'intéresser d'un peu plus près à ce qui était exposé dans la salle du foyer communal : les chapans et une très belle série de courtepointes.

Les chapans (prononcés tchapans) ce sont des sortes de kimonos portés par les hommes en Ouzbekistan.

Leur forme est très simple, droite et juste fermée à hauteur de la taille, sauf celui-ci qui est fermé jusqu'au cou

DSCF0256

La couleur de la doublure n'a souvent  rien à voir avec celle de l'endroit du vêtement mais est tout aussi colorée

DSCF0254

DSCF0255

Les tissus sont souvent riches (soie) et les couleurs très vives donnent une allure féminine

pour bLOG1

pour bLOG2

Allure féminine jusque dans la forme de celui-ci, mais vérification faite, il s'agit bien d'un costume masculin, en soie

pour bLOG3

Après les costumes, pas un simple coup d'oeil mais un vrai regard sur les magnifiques courtepointes exposées : en indienne ou en soie, elles symbolisent le respect de la tradition et sont la preuve d'un véritable savoir-faire

DSCF0243

pour bLOG7

DSCF0241

DSCF0281

pour bLOG6

Si vous n'êtes pas lassées du week-end à Calvisssson je vous invite à revenir demain pour.......

pour bLOG8

images

Enregistrer

Posté par quaquie à 16:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
lundi 26 septembre 2016

Retour de Calvisson

images

Je ne suis pas partie longtemps, juste deux jours à Calvisson- et quelques heures de trajet- mais suffisamment pour avoir plein de choses à partager avec vous.

DSCF0352

Donc ce week-end à Calvisson, c'était le grand Caravansérail que j'avais vraiment envie de découvrir.

unnamed

La journée de vendredi a été plutôt décevante. J'avais prévu l'après-midi pour la visite du musée du boutis, d'autant plus que devait se tenir dans ce musée l'expostion temporaire de chapans (prononcer tchapans) des kimonos d'Ouzbékistan

DSCF0230

La dame qui se tenait à la caisse a tout juste eu le temps de me dire que le premier costume, juste devant elle, était à l'envers.

Elle s'est faite sèchement rabrouée et sommée de rester à la caisse. Si j'ai des questions à poser je le ferai à la fin.....

J'ai vu de très belles pièces, tant en boutis qu'en indiennes anciennes mais aucune explication, pas même la moindre étiquette pour nous permettre de dater la pièce ou d'en connaître l'origine.

Et contrariété supplémentaire, interdiction de faire des photos !

J'ai eu vite fait le tour et  n'ai même pas eu envie de poser la moindre question.

Sauf une : où sont les chapans ? et bien ils ont été ramenés au foyer culturel !

çà commence mal........

Direction donc le foyer culturel.

Dehors deux ou trois stands mais une chaleur écrasante qui ne donnait vraiment pas envie de fouiller dans les beautés proposées, comme ce très beau piqué

DSCF0231

Dehors également des ateliers d'indiennage. Vendredi ce sont les petits de la maternelle qui ont "joué aux tampons", mais samedi, c'était le tour des adultes.

Je n'ai pas osé essayer. Rien qu'à les voir taper avec les maillets, j'ai eu peur que mes mains n'apprécient pas, mais Marie-José, du club de Cabannes, a tenté l'expérience.

DSCF0296

J'ai eu aussi beaucoup de plaisir à retrouver Marie-José car c'est elle et son club qui m'ont donnée en avril dernier le virus du boutis

A l'intérieur, des stands présentant de vraies merveilles : des objets venus d'Asie dont de sublimes étoffes japonaises, des boutis et des piqués anciens, des tissus peints au tampon venus d'Inde

DSCF0351

Ici aussi, il parait que les photos étaient interdites mais je n'ai pas vu d'affiche l'indiquant.

Alors, considérant que tout ce qui n'est pas formellement interdit est tacitement autorisé, j'ai fait des photos. Et même si les Iphone et autres téléphones sont souvent plus discrets que les appareils photos, je sais que j'étais loin d'être la seule !

Ici ou là des costumes anciens, sans doute prêtés par le musée

222

les extraordinaires ouvrages de l'association des Cordelles, créée par Francine Nicolle, Maître d'art, qui a aussi créé le musée

DSCF0232

De beaux arbres de vie peints

DSCF0264

DSCF0305

Je ne peux résister au plaisir de vous montrer celui-ci, peint par Marie que j'ai eu tant de plaisir à revoir

DSCF0267

des démonstrations de piqué et de boutis avec une adorable boutisseuse qui n'a ménagé ni son temps ni sa patience pour me montrer la technique qui me manquait

DSCF0247

Au foyer également, une très belle série de courtepointes et ........... les chapans !

Encore des photos à vous montrer dans la semaine.

Nous avons terminé la journée de vendredi à Sommières, une jolie petite ville très animée en cette fin de semaine, où je vous emmènerai dans quelques jours.

DSCF0277

images

 

Enregistrer

Posté par quaquie à 15:03 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
vendredi 23 septembre 2016

En route pour Calvisson

index

Et oui, je repars.... et même quand vous lirez cet article, je serai partie...

mais comment résister à une telle affiche ?

unnamed

Je me suis concoctée un petit programme.... que du bonheur !

Aujourd'hui, vendredi, après quelques heures de route, ce sera le musée du boutis.

Déjà tout un programme mais cerise sur le gâteau, il y aura au musée une exposition de chapans, des costumes d'Ouzbekistan.

Samedi matin, ce sera la conférence "des Indes à la Provence, les origines du tissu provençal".

Pique-nique avec Marie puis la visite de l'expo : ouvrages en piqué marseillais, arbres de vie, costumes traditionnels, indiennes et étoffes rares.

Et puisque nous avons prévu de ne rentrer que dimanche, nous pourrons assister samedi après-midi au défilé musical  "100 ans de mode au pays de Mistral"

Il y aura aussi bien sûr des ateliers, des démonstrations de piquage et de boutis, des boutiques...

Le tout sous le soleil de la Provence

Un week-end particulièrement riche dont je ramènerai sans doute beaucoup de photos à partager.

images

 

Enregistrer

Enregistrer

Posté par quaquie à 05:28 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

jeudi 22 septembre 2016

C'est l'automne !

index

J'ai l'impression de ne pas avoir vu passer cette année.... et on est déjà en automne.

Mais je ne m'en plains pas.

C'est ma saison préférée. Peut-être parce que je suis née en octobre...

Bien sûr les journées sont plus courtes, les matins plus frais et les soirées plus longues.

Mais si les températures sont moins chaudes, les couleurs le sont davantage.

J'aime ces ors, ces pourpres, ces teintes mordorées.

images

Et puis on peut encore avoir de belles journées, un bel été indien....

Et si les soirées deviennent trop fraîches, je retrouverai avec plaisir les premières flambées dans la cheminée.

Je vous souhaite à toutes et tousun bel automne

images

 

 

Posté par quaquie à 09:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
mercredi 21 septembre 2016

Essai feutré

images

Il y a quelques temps sur une foire de couturières, j'ai rencontré Ginette (risounel) dont j'ai admiré la pochette en feutre, une pochette sans couture.

Dans la conversation Ginette m'a dit qu'elle avait fait cette pochette dans le cadre d'un stage, avec une feutrière dont elle m'a donnée les coordonnées.

Elle s'appelle Chantal et vit à Caussade, à 20 minutes de chez moi.

J'ai commencé à cogiter....

Puis je suis allée à un manifestation sur laquelle j'ai rencontré une feutrière qui m'a parlé avec passion de ce qu'elle faisait......

Dans ses conditions comment oublier mon envie ?

Alors je me suis lancée.  Dès le premier contact téléphonique avec Chantal, le feeling est passé.......... et hier après midi je faisais chez elle mon premier stage de feutrage.

Un accueil des plus chaleureux, des explications claires, une aide discrète mais efficace, il n'en fallait pas plus pour me séduire.

Pour le feutrage, on utilise de la laine mèche et devant les boites de Chantal,il est difficile d'arrêter son choix.

Mais pour moi, c'était évident que ce serait du rouge

DSCF0216

Chantal m'a appris les termes, la technique pour placer la laine. Je me suis étonnée de voir tout ce qu'on pouvait inclure dans l'ouvrage : des laines fantaisie, des rubans, des morceaux d'etoffe dont de la soie...

J'ai appris l'utilisation du savon, le mouillage et surtout le travail de la matière pour la transformer en une étoffe tassée et solide.

Après environ 2 heures, je terminais mon échantillon constituée de plusieurs tons de laine  rouge dans laquelle j'ai intégré des petits morceaux de soie, de la laine, des fils brillants...

DSCF0209

Puis pour apprendre les formes, Chantal m'a guidée pour réaliser une fleur.

J'étais partie vers le orange, mais très vite, c'est le rouge qui a dominé.

Voici le montage de laines et des divers éléments que j'y ai inclus : des fils brillants, des chutes de laine et de petits morceaux de tissu de soie

DSCF0207

Quand la laine est feutrée, les éléments sont parfaitement fondus dedans

DSCF0212

J'ai appris à intégrer des élémens secs à l'ouvrage mouillé, comme le pistil ou la tige

DSCF0215

et voilà le résultat qui me ravit totalement.

 

DSCF0221

DSCF0219

Pour utiliser le temps restant, Chantal m'a fait réaliser une petite boule. Pas si facile que ça peut paraitre car il faut qu'elle soit suffisamment serrée et travaillée pour pouvoir ensuite être coupée en deux sans que le coeur s'efficoche.

Ces petites boules peuvent servir de boutons sur un vêtement ou de déco sur un coussin ou autre.

DSCF0217

J'ai vraiment passé un délicieux moment et j'ai hâte de pouvoir retrouver Chantal pour un nouveau stage,  peut-être début novembre....

A bientôt

images

Enregistrer

Enregistrer

Posté par quaquie à 10:42 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
lundi 19 septembre 2016

Encore une sortie à prévoir....

images

Encore une sortie découverte à prévoir, ou déjà prévue, pour les "filles du sud-ouest" : une exposition de patch dans la banlieue toulousaine.

A Colomiers, mais 5 jours seulement !

ob_0bd158_expo-2016

J'irai sans doute mais je ne sais pas encore si ce sera le premier ou le dernier jour.....

images333                                images333

Posté par quaquie à 08:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
dimanche 18 septembre 2016

Dans ma boite à lettres

images

Des petits plaisirs dans ma boite à lettres...

Tout d'abord je m'étais inscrite, sur mon forum préféré, pour un échange de cartes postales d'été.

Par petits groupes de 3, il s'agissait de s'envoyer une carte postale en juillet, et en août dans un autre groupe

J'ai donc reçu mes 4 cartes postales

DSCF0206

Contrairement aux années précédentes, je ne suis pas partie cet été.

J'ai donc envoyé des cartes postales de mes petites virées : des cartes recettes de la fête de l'ail de Beaumont de Lomagne pour Nelly (mamily) et Bernadette (primevère)

des cartes de la fête du fil de Labastide Rouairoux pour Edwige (mousse) et Chantal (lavachet)

DSCF0178

Et puis j'ai aussi trouvé dans ma boite à lettres  il y a quelques jours, un petit cadeau surprise.

Une enveloppe bombée portant au dos une adresse que je ne connais pas.

Et à l'intérieur....

une jolie petite fleur au crochet à accrocher à mes ciseaux. La partie verte devrait servir à avoir mon dé à portée de main, mais comme je brode sans dé, je l'ai remplie de ouate pour lui donner un peu de volume

DSCF0204

DSCF0205

Cette jolie surprise m'a été envoyée par Monique, une fidèle lectrice bretonne.

Un grand merci à toi. Crois bien que cette petite attention m'a beaucoup touchée.

J'ai aussi trouvé dans ma boite à lettres cette semaine l'avis de paiement des impôts fonciers, mais je vais pas vous faire de photo. Vous avez sans doute reçu le même, ou il va arriver,  et çà c'est nettement moins sympa

Bon dimanche à toutes et tous

index

Posté par quaquie à 09:04 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
samedi 17 septembre 2016

Terrine thon/poireaux

images222

Encore une recette très facile pour ce début de week-end, une de celle qu'on peut préparer tranquillement pour avoir quelque chose dans le frigo quand on rentre de balade (ou du boulot)

index

Pour cette terrine, il nous  faut :

- 2 poireaux

- 1 boite de 140 g de thon au naturel, égoutté

- 3 oeufs

- 20 cl de crème

- 1 cuillère à soupe rase de moutarde forte

- 2 cuillères bombées de moutarde à l'ancienne

- 100g de gruyère râpé

images22233

Bien laver les poireaux, les émincer finement et les faire suer dans un peu d'huile ou de mélange beurre/huile.

Les faire cuire 15 à 20 minutes et les laisser refroidir.

Pendant ce temps émietter le thon

Fouetter la crème et les oeufs et y incorporer les moutardes.

Saler très légèrement et poivrez.

Ajouter  le thon, les poireaux et le gruyère  dans le mélange oeufs/crème.

Bien mélanger.

Verser dans un moule à cake et cuire  environ 50 minutes à 180°

DSCF0061

Et volà une terrine qui peut aussi partir en pique-nique...

images

Posté par quaquie à 08:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]